Survivre heureux, un jour après l'autre

Mathys aux urgences pendant les vacances…

Aujourd’hui, en vacances à Aix en Provence, nous nous sommes vu contraints d’aller aux urgences… Comble de l’ironie c’est pour une constipation douloureuse que Mathys a dû consulter et il a fallu à cette occasion lui faire son premier lavement. Je parle d’ironie car il y a quelques jours je rédigeais un article à ce sujet, où justement nous disions que nous n’en étions pas encore à faire ces fameux lavements.

Notre mésaventure fût de courte durée et c’est avec l’impression d’avoir eu beaucoup de chances que nous sommes retournés chez notre hôte. Notre accueil fût rapide, l’équipe médicale compétente, en trois heures Mathys fût soigné et nos vacances purent continuer. En plus de la qualité de notre prise en charge, la journée nous laissera comme bon souvenir le courage de Mathys se tordant de douleur et qui réussit à uriner dans un petit pot pour des examens (alors que la continence urinaire bien que ne faisant pas partie de nos tracas, n’est pas une certitude encore à l’heure actuelle, du fait de la moelle attachée basse), et le fait que le premier lavement qu’il a eu se soit si bien passé. Cela a été sans gêne, sans douleur, se fût à peine une contrainte, et nous jugeons l’expérience rassurante pour les prochaines fois où nous allons essayer de mettre ça en place à notre domicile.

Mathys pizza vacterl

Je profite de l’article pour dire que mon bébé mange de mieux en mieux !

Nous nous évertuons tous les jours à voir le positif dans ce qui nous arrive, notre bonheur est un devoir autant qu’un défi et il est hors de question de nous laisser aller à la morosité et à la plainte constantes. A force de penser comme ça, nous en arrivons à qualifier cette journée, où nous avons eu peur, et où nous avons été tristes (des mains ont tremblé et des larmes ont été versées) comme une bonne journée. Une bonne journée n’est pas une journée parfaite, et si vous avez VACTERL dans votre foyer ou votre famille, vous avez à portée de mains des tonnes de sujets pour vous plaindre et vous lamenter. Mais combien de raisons de nous réjouir avons-nous chaque jour ? Cela fait trois jours que nous sommes à Aix, et nous avons passé quelques heures aux urgences, cela représente finalement peu de temps dans l’absolu. C’est plus marquant alors il est facile de laisser cet épisode prendre plus de place que de raison.

« Oh pour une fois que nous partons en vacances, il y a encore un souci ! »
« On ne peut jamais être tranquille, ça ne nous laissera jamais respirer sereinement ! »

Oui c’est vrai, avec VACTERL près de vous, il y aura souvent quelques tracas et quelques précautions à prendre. Votre vie aura toujours une teinte différente de celle des gens en bonne santé. Mais est-ce si grave ? Dans le fond nous avons fait un enfant pour avoir un petit être à élever, à câliner, un petit humain version miniature de nous même et de la personne que l’on aime, qui soit là pour des câlins et apporter tendresse et magie au quotidien. Et bien cet enfant est bel et bien là. Nous avons finalement eu ce que nous désirions. La livraison de ce merveilleux cadeau a été accompagnée d’un supplément que l’on attendait pas, mais n’oublions pas ce que la vie nous apporte, ne gâchons pas nos beaux souvenirs à cause des imperfections et des difficultés. Ce message est pour vous, les parents d’enfants VACTERL, laissez la tristesse et la peur entrer dans votre vie quand il le faut, et laisser les repartir aussi vite que vous le pourrez. Laissez à votre enfant le soin de vous apprendre ce qu’est le courage, le bonheur de vivre dans l’instant présent et le lâcher prise. Si vous êtes attentif aux leçons de votre petit professeur, vous saurez apprécier à sa juste valeur le bonheur de la vie.

Bon courage à tous, tenons bon  :).

2 réponses à “Mathys aux urgences pendant les vacances…”

  1. Anonyme

    Bonnes vacances à toi petit guerrier Mathis, et à tes parents apprentis guerriers ❤

    Répondre
  2. Aumeunier Patrice

    Courageux petit Bonhomme, courage à vous et à Mathys.
    Amicalement

    Patrice, Corinne et Elora

    Répondre

Laisser un commentaire